Clap de fin pour les Gardiens de la Terre

De lundi à jeudi, 12 enfants ont suivi le programme « Gardien de la Terre » à Castries dans l’Hérault, un programme pédagogique gratuit autour de l’environnement conçu par l’association BEPA et organisé en partenariat avec RiseUp Equicoaching et CoAventure.

 

Au cours d’ateliers et d’exercices ludiques, ils ont ainsi été sensibilisés au développement durable. Les bons gestes pour préserver la planète, le recyclage, le respect du vivant en lien notamment avec les animaux, la pollution plastique et son impact sur la nature, …, sont autant de sujets qui ont été abordés.

 

Les enfants ont également été amenés à se connecter à eux-mêmes et à leur force intérieure en explorant leurs émotions et leurs 5 sens. C’est grâce à cette conscience de soi, à l’écoute, à l’ouverture d’esprit et la compréhension de l’autre que le changement est possible.

Programme pédagogique des Gardiens de la Terre près de Montpellier

Et pour clôturer ces 4 jours, les enfants ont obtenu leur certificat de « Gardien de la Terre » lors d’une cérémonie où les parents été conviés.

Cérémonie des Gardiens de la Terre à Montpellier

Même s’ils ne voulaient pas que ça se termine, les enfants sont repartis avec un immense sourire et un ensemble de bonnes pratiques qui leur permettront devenir des adultes respectueux et responsables, ainsi que de mieux vivre en harmonie avec le monde qui les entoure et ce, au-delà des différences.

 

La mission de les aider à devenir les acteurs responsables de demain est accomplie !

Les enfants heureux après leur programme d'activités à Montpellier

Coup de projecteur sur les Gardiens de la Terre

Hier, débutait le programme « Gardien de la Terre » un programme pédagogique gratuit de 4 jours pour sensibiliser les 7-15 ans à l’environnement.

 

Conçu par l’association Bepa France et organisé en partenariat avec CoAventure et Rise Up Equicoaching, il a pour objectif de sensibiliser les enfants de façon ludique avec de nombreux ateliers sur l’environnement, la nature et avec les animaux dans un lieu éco-responsable aux portes de Montpellier.

 

Philippe Montay, journaliste à France Bleu Hérault, était présent lors de cette première journée et a réalisé ses émissions du jour sur place.

 

(Re)Découvrez l’interview de Julie, membre de l’association Bepa et animatrice de ce programme :

Ecoutez les enfants qui se sont prêtés au jeu des questions-réponses au micro du journaliste :

Et enfin retrouvez l’interview de Mathilde, cofondatrice de CoAventure :

Le petit guide du zéro déchet pour les débutants

Le 2 février marquait la journée internationale sans paille, de quoi donner matière à réfléchir à notre mode de consommation et aux déchets que nous produisons. Réchauffement climatique, pollution, gaspillage et autres enjeux environnementaux deviennent des sujets de préoccupation de plus en plus importants à mesure que le temps passe et que les répercussions font surface.

 

Dans une société où le Jour du dépassement survient chaque année plus tôt, le constat est le suivant : si nous vivions tous comme les Français, il faudrait près de 3 planètes Terre pour subvenir aux besoins de l’humanité.

 

Au regard de ces nombreuses inquiétudes pour le futur, diverses démarches éco-responsables ont vu le jour. En ce sens, le zéro déchet est-il une réelle nécessité ou une simple tendance pour se donner bonne conscience ? Est-il possible de faire bouger les choses à notre échelle, quand nous sommes face aux grands groupes industriels ?

 

Vous trouverez toutes les réponses dans ce petit guide du zéro déchet pour les débutants, qui vous aidera peut-être à franchir le pas !

Notre production de déchets et ses conséquences

Zéro déchet : production des déchets & conséquences

Vous êtes peut-être au courant de ces chiffres plutôt alarmants : chaque année en France, ce sont 354 kg d’ordures ménagères par habitant qui sont produites selon l’ADEME (Agence De l’Environnement et de la Maîtrise de l’Energie). A plus grande échelle, le monde crée chaque année tellement de déchets qu’on pourrait remplir près de 800 000 piscines olympiques !

 

Ces chiffres pourraient considérablement baisser si chacun y mettait un peu du sien, cependant, force est de constater que les mauvaises habitudes ont la vie dure. Sans pour autant bouleverser de façon drastique les modes de consommation, le simple fait de recycler n’est toujours pas devenu un réflexe du quotidien pour de nombreux habitants.

 

En effet, si le recyclage des emballages en verre (85%) ainsi que des papiers-cartons (64%) est une habitude que semblent bien avoir intégrés les Français, celui du plastique quant à lui est encore loin derrière, avec un taux de recyclage global de 28%.

 

De plus, la crise sanitaire liée au coronavirus a quelque peu modifié notre manière de consommer et a ainsi vu augmenter le nombre de livraisons à domicile, entraînant de ce fait une hausse des volumes d’emballages en papiers-cartons et en plastique. Quand on sait que le polystyrène met 1 000 ans à se décomposer, que 5 000 milliards de morceaux de plastique flottent déjà dans nos océans ou encore qu’un seul mégot pollue 500 L d’eau, il y a de quoi s’inquiéter.

 

Enfin, l’incinération et l’enfouissement des déchets et notamment des biodéchets, c’est-à-dire les déchets organiques contenus dans les poubelles d’ordures ménagères, contribuent à la pollution générale, visuelle et olfactive (odeurs nauséabondes, émissions de gaz à effet de serre, rejet de métaux lourds, pollutions des sols et des nappes phréatiques, etc), qui pourrait être grandement diminuée par le simple fait de les composter. Pourquoi les brûler alors qu’ils contiennent 60 à 90% d’eau ?

 

Si nous continuons ainsi, d’ici 2050, nos océans compteront plus de plastique que de poissons, et toutes les espèces d’oiseaux marins mangeront du plastique régulièrement…

Qu’est-ce que le zéro déchet ?

Zéro déchet dans la salle de bain

Mais alors, que faire pour lutter contre ces phénomènes qui semblent tout droit sortir d’un film catastrophe ? En tant que particulier, ma contribution ne se résume-t-elle pas qu’à une goutte d’eau dans l’océan ? Pourquoi ne pas tenter la démarche zéro déchet ? Petit à petit, adoptez les réflexes qui contribuent à faire un geste pour la planète et mettez votre pierre à l’édifice pour un monde plus sain !

 

Éthique et responsable, la démarche zéro déchet aspire à réduire au maximum sa production de déchets, directement à la source. Il s’agit ainsi de revoir complètement ses habitudes de consommation, et non pas de mieux recycler, ce qui constitue d’ailleurs l’ultime recours si des solutions alternatives ne sont pas trouvées.

 

On peut également entendre parler de cette démarche par son terme anglais “zerowaste”, dont la traduction de “waste” inclut non seulement la notion de déchet mais aussi celle de gaspillage.

 

Ainsi, la finalité du zéro déchet n’est pas d’avoir des déchets recyclables ou biodégradables, mais de pouvoir vivre équipé de produits et d’objets durables, réutilisables et/ou réparables, qui favoriseront une consommation responsable, utile et intelligente et limiteront au maximum la production de déchets.

3 bonnes raisons de passer au zéro déchet

3 bonnes raisons de passer au zéro déchet

1- Préserver la planète

Nous avons déjà vu que notre production de déchets avait un impact environnemental énorme sur la planète. Chaque minute, ce sont près d’un million de bouteilles en plastique qui sont vendues à travers le monde. A ce constat s’ajoutent les estimations sur la durée de vie de ce matériau, qui vont de 450 ans à l’infini. Si l’on additionne cela à toutes les autres sources de déchets existantes, le bilan n’est pas brillant.

 

Le zéro déchet constitue donc un petit pas qui, imité par des millions de personnes, pourrait se transformer en grande enjambée vers la préservation de la Terre.

2- Protéger sa santé et favoriser le lien social

Là encore, nous avons déjà évoqué le fait que les déchets sont néfastes pour notre santé. Même si l’on ne les voit pas, ils sont quand même là, des micro-particules flottant dans l’air ou circulant dans l’eau, aux îles de plastique du Pacifique, en passant par les montagnes de déchets déversées dans les pays pauvres.

 

Le constat est une fois de plus alarmant. Chaque seconde qui passe, ce sont 200 kg de déchets qui atterrissent dans l’océan, où ils seront ensuite ingérés par les animaux marins que nous consommons.

 

Tendre vers le zéro déchet, c’est s’engager pour une meilleure qualité de vie, non seulement pour nous mais surtout pour les générations futures.

 

C’est également favoriser le lien social, en rencontrant les producteurs locaux au marché, en se rendant chez les commerçants de proximité… Cela permet d’échanger, de se renseigner sur la production de ce que nous achetons, tout en (re)découvrant les richesses de sa région en fonction des saisons. Faire les courses ne sera plus une corvée, mais au contraire une sortie attendue dont les achats auront du sens et des valeurs.

3- Faire des économies

L’un des principaux freins rencontrés pour commencer à se mettre au zéro déchet est bien souvent le coût des produits.

 

Concernant les objets, il faut plutôt penser à un investissement sur le long terme. Ce que je dépense aujourd’hui, je n’aurai pas à le dépenser encore une fois avant un long moment. En outre, il ne s’agit pas de changer son mode de vie du jour au lendemain, mais de passer au zéro déchet au fur et à mesure et surtout, à son rythme.

 

Pour le reste, et notamment les denrées alimentaires, vous n’êtes pas sans savoir que lorsque vous achetez un produit, vous payez aussi son emballage, et vous ne maîtrisez bien souvent pas la quantité proposée. En adoptant la démarche zéro déchet, vous faites non seulement un geste pour la planète, mais également pour votre porte-monnaie.

Les 5 règles du zéro déchet du livre de Béa Johnson “Zéro déchet”

Béa Johnson est LA référence en matière de zéro déchet, notamment grâce à son livre Zéro déchet, comment j’ai réalisé 40% d’économie en réduisant mes déchets à moins de 1 litre par an ! dans lequel elle dévoile la Règle des 5 R, éléments clé de la démarche :

1- Refuser

Refusez tous les produits à usage unique et privilégiez les achats sans déchet comme le vrac. Refusez tout ce qui vous semble inutile et dont vous finirez par vous débarrasser. Vous éviterez ainsi de vous encombrer et de jeter.

2- Refuser

Cela s’applique pour toutes vos habitudes de consommation, qu’elles soient alimentaires, énergétiques, etc… Réduisez vos dépenses, achetez intelligemment et faites du tri en fonction de vos besoins. Désencombrez en donnant, vendant, recyclant… Jeter n’est pas la seule solution !

3- Réutiliser

L’un des grands principes du zéro déchet se base sur la réutilisation de produits ou d’objets, pour une démarche durable et responsable. Cela peut passer par l’investissement dans des articles réutilisables, par l’achat d’occasion, ou encore par les ateliers participatifs de réparations d’objets courants par exemple.

4- Recycler

Le recyclage intervient en dernier recours dans la démarche zéro déchet. Si vous ne pouvez ni refuser, ni réparer, ni réutiliser, alors, essayez de recycler. En France, l’accès aux points de collectes et aux déchetteries est gratuit pour les particuliers, et assez développé.

5- Rendre à la terre (composter)

Enfin, le compostage de vos déchets organiques constitue un premier pas essentiel dans votre démarche zéro déchet. Non seulement vous diviserez considérablement vos déchets ménagers, mais vous pourrez également vous en servir comme engrais.

Avant de commencer la démarche zéro déchet

Faire le point sur sa situation actuelle

Quel est le contenu de mes poubelles ? Est-ce que je trie correctement ? Regarder le contenu de ses poubelles permet de voir quels types de déchets nous jetons le plus, et ainsi pouvoir commencer à réfléchir à des solutions pour mieux faire.

 

D’après l’ADEME, les 3/4 du contenu des poubelles ménagères des Français contient trop de produits à usage unique, mais surtout trop d’intrus qui n’ont rien à y faire, dont 35% de papiers et emballages qui pourraient être recyclés, et 27% de déchets organiques qui pourraient être compostés !

 

Assurez-vous également de rapporter certains déchets spéciaux aux bons endroits, où ils seront traités de manière adaptée, comme les médicaments en pharmacie ou encore les piles et ampoules en magasin.

 

En ayant un regard nouveau sur votre production de déchets, il est ainsi plus facile de réfléchir à des solutions pour limiter leur production en amont !

Evaluer ses besoins

Il est important de prendre pleinement conscience de ses besoins avant de tendre vers le zéro déchet, afin de faire de futurs achats intelligents et utiles. Les clés de la réussite résident dans l’anticipation et l’organisation.

 

Prendre le temps en amont de dresser une liste de courses, d’établir un menu de la semaine ou encore de faire des recherches sur les magasins spécialisés disponibles dans les environs ou les jours de marché, c’est en gagner plus tard, et optimiser ses achats et déplacements. Il s’agit d’une manière de réfléchir à son temps afin de trouver la meilleure manière de le réutiliser lui aussi !

Adopter le zéro déchet progressivement

Zéro déchet : acheter en vrac

La transition vers le zéro déchet ne se fait pas en un claquement de doigts, et avant de penser à convertir vos voisins et votre entourage ou de vous lancer dans un voyage zéro déchet, encore faut-il commencer par adopter la démarche chez soi.

 

Si un simple “stop pub” sur sa boîte aux lettres permet d’économiser 31 kg de papier chaque année, il existe de ce fait de nombreux autres gestes simples du quotidien pour se rapprocher petit à petit du zéro déchet !

 

Que vous habitiez en ville ou à la campagne, en maison ou en appartement, que vous possédiez un balcon, un jardin ou même rien du tout, il existe une multitude de solutions pour tendre vers le zéro déchet. Peu importe sa situation ou ses moyens, à chacun son rythme et sa contribution ! Et cela passe tout d’abord par des gestes simples à intégrer à son quotidien.

Emballages et contenants

Emballages & contenants zéro déchet

A la maison, commencez par faire la chasse aux emballages et contenants à usage unique, pour les remplacer petit à petit par des contenants durables et réutilisables, comme des bocaux ou des boîtes de conservation en verre.

 

Lorsque vous sortez faire quelques achats, refusez les sacs plastiques et prévoyez votre propre sac réutilisable ou votre panier. De plus en plus de commerçants et d’enseignes font désormais payer les sacs en plastique, vous économiserez ainsi quelques centimes tout en faisant un geste pour la planète !

 

L’une des grandes transitions vers le zéro déchet consiste à se tourner vers le vrac. Pensez également à privilégier les produits “à la coupe”, qui ne nécessitent pas d’emballage plastique ou encore les produits consignés !

 

Enfin, il est aussi possible de trouver des produits d’hygiène zéro déchet, comme les savons et shampoings solides, les dentifrices à croquer ou encore les oriculis pour remplacer les coton-tiges. Pour une transition en douceur, pourquoi ne pas commencer par se tourner vers les produits rechargeables ?

Cuisiner maison et anti-gaspi

La cuisine zéro déchet

Certes, cuisiner maison demande plus de temps que de réchauffer un plat au micro-ondes, mais elle présente de nombreux avantages.

 

Vous maîtrisez entièrement vos recettes, de l’achat de vos ingrédients au résultat final. Ainsi, exit les termes louches et imprononçables que l’on trouve au dos des paquets, et fini les portions trop petites ou trop grosses. En privilégiant un circuit court et local, et en adaptant vos repas aux fruits et légumes de saison, vous valorisez le travail d’agriculteurs et commerçants de proximité, et vous bénéficiez de produits plus sains et de meilleure qualité.

 

Prendre le temps de cuisiner soi-même un repas réfléchi, portionné et portionnable au gré de ses besoins permet non seulement de manger plus sainement, mais aussi de limiter le gaspillage alimentaire. Car chaque année, on retrouve dans les poubelles de l’ensemble des Français près de 10 millions de tonnes de nourriture consommable gaspillée, soit l’équivalent de 150 kg par habitant, dont 7 kg de produits alimentaires encore emballés !

 

C’est aussi un bon moyen pour vous essayer à différents types de cuisine, comme par exemple la cuisine de plantes sauvages et comestibles ou encore la cuisine anti-gaspi, qui consiste à utiliser l’entièreté du produit. Par exemple, lors d’un repas, vous pouvez servir quelques radis à grignoter à l’apéritif, et transformer les fanes en un délicieux velouté que vous proposerez en entrée !

DIY et produits naturels

DIY zéro déchet

Vous pouvez fabriquer vous-même vos produits de beauté et vos produits ménagers, à moindre coût et surtout, dans une démarche zéro déchet. Vous gagnerez non seulement de la place dans vos poubelles, mais également dans vos placards !

 

Pourquoi acheter 6 produits différents pour nettoyer cuisine, salle de bain et sols quand on peut se servir de vinaigre blanc, de bicarbonate de soude et de savon de Marseille ?

 

Remplacer ses produits ménagers par des concoctions maison, c’est également préserver sa santé, en ayant un meilleur contrôle de la composition et de la provenance des ingrédients. En effet, d’après l’ADEME, l’air intérieur que nous respirons contient plus de 900 substances chimiques issues notamment des produits ménagers que l’on utilise chaque jour !

Réparation, location et emprunt

Zéro déchet : réparer

Avant de penser à acheter quelque chose, même d’occasion, réfléchissez d’abord à une potentielle réparation, ou à une possibilité d’emprunt ou de location.

 

Votre t-shirt préféré a un accroc ? C’est le moment de dégainer votre nécessaire de couture et de parcourir les tutos internet ! Vous vouez un véritable culte aux paires de chaussures ? Renseignez-vous sur les systèmes de location dans les boutiques alentours ! Vous faites des travaux et avez besoin d’un escabeau ? C’est l’occasion de faire connaissance avec le voisin pour lui emprunter le sien !

 

Votre cafetière préférée est tombée en panne mais vous ne savez pas la réparer ? Ne soyez pas timide et osez pousser la porte des Repair Cafés, et profitez de l’expertise et des connaissances des membres de leur communauté le temps d’un atelier pour apprendre quelques techniques qui vous seront bien utiles par la suite !

 

Il existe des Repair Cafés partout à travers le monde ! Vous pouvez amener tout type d’objet, qu’il soit cassé, abîmé ou en panne. Tous les outils sont fournis sur place. Véritables vecteurs de lien social et de partage, les Repair Cafés sont en plus totalement gratuits !

 

Le saviez-vous ?

Au Japon, réparer sa vaisselle cassée est même devenu un art : le kintsugi ! Au terme d’un processus long et minutieux, l’objet brisé se verra transformé en véritable pièce de collection grâce à ses jointures en or !

Recyclage et compostage

Dans la démarche zéro déchet, le recyclage constitue le dernier recours, cependant, pour se rapprocher petit à petit du zéro déchet, assurez-vous de recycler correctement les déchets que vous produisez, et surtout, lancez-vous dans le compostage !

Les déchets organiques représentent une grosse partie des déchets que l’on retrouve dans les ordures ménagères, alors qu’ils pourraient être compostés. Non seulement vous sortirez moins souvent vos poubelles, mais vous pourrez également vous en servir comme engrais !

> Si vous souhaitez approfondir le sujet, rendez-vous sur notre article dédié “Objectif zéro déchet à la maison”, où nous vous livrons nos conseils et astuces pièce par pièce !

En résumé

Il est clair qu’il devient urgent et nécessaire de faire quelque chose pour la planète, au risque de courir à notre perte. En ce sens, la démarche zéro déchet nous offre l’opportunité de changer la donne, en réduisant notre production de déchets directement à la source. Car évidemment, le meilleur déchet est celui qu’on ne produit pas !

 

Ainsi, il est temps de miser sur des produits simples, solides, polyvalents, et réparables, et de prendre en compte l’économie circulaire et l’économie de partage, en se tournant vers la seconde main et les associations par exemple. Plutôt que de se diriger vers les géants de la grande distribution, adoptez le réflexe des circuits courts, en vous rendant au marché, chez les commerçants de proximité et les artisans locaux.

 

Prenez le temps de redécouvrir et cuisiner les produits de la région et de saison, et intégrez progressivement le zéro déchet à travers des petits gestes du quotidien.

 

Le zéro déchet n’est pas incompatible avec les événements et célébrations, et il est tout à fait possible d’organiser fêtes et réceptions en accord avec cette démarche, du repas aux cadeaux en passant par la décoration ! Retrouvez d’ailleurs quelques exemples dans notre article “Comment passer un Noël éco-responsable ?”.

 

Adopter une démarche zéro déchet, c’est d’abord prendre conscience de ses actions pour travailler à leur amélioration, mais surtout avancer à son rythme, afin que les efforts du quotidien finissent par simplement relever du bon sens.

Comment passer un Noël éco-responsable ?

Les fêtes de fin d’année approchent à grands pas. Souvent célébrée en grande pompe, la période de Noël entraîne dans son sillage de nombreux excès, notamment en ce qui concerne le gaspillage alimentaire et le surplus d’emballages. En effet, à Noël, la France consomme chaque année à elle seule près de 20 000 tonnes de papiers-cadeaux ! Pour autant, éco-responsabilité et fêtes de fin d’année ne sont pas incompatibles. Il existe de nombreuses astuces pour se rapprocher d’un Noël zéro déchet.

 

De la décoration de Noël au repas fait maison en passant par les emballages cadeaux originaux et écolos, découvrez nos meilleurs conseils pour passer un Noël plus éco-responsable.

Décorations de Noël écologiques et durables

Mon beau sapin, roi des Français

Sapins de Noël écologiques et durables

Véritable symbole des fêtes de fin d’année, et de Noël en particulier, le sapin est un incontournable pour beaucoup. En France, ce sont plus de 6 millions de sapins vendus chaque année, qu’ils soient naturels ou artificiels. Sur ce total, la part du marché du sapin artificiel représente 1 / 5 des ventes.

 

Les sapins naturels contribuent-ils à la déforestation ? Les sapins artificiels ont-ils un bilan carbone plus favorable ? Comment bien choisir son sapin de Noël dans tout cet océan d’informations, de choix et de variétés ?

 

Contrairement aux idées reçues, les sapins artificiels ne disposent pas d’un bilan carbone plus favorable que les sapins naturels, au contraire. Fabriqués à partir de dérivés du pétrole, et parfois d’aluminium, ils sont de plus souvent produits et expédiés depuis des pays lointains. Selon une étude canadienne, il faudrait conserver son sapin artificiel plus de 20 ans pour que son impact environnemental soit plus favorable que celui d’un véritable sapin, alors que sa durée de vie moyenne ne dépasse pas les 6 ans.

 

Les sapins naturels quant à eux ne contribuent pas tous à la déforestation. Si vous souhaitez passer un Noël éthique, privilégiez les sapins provenant de France. Mieux encore, prenez le temps de vous renseigner sur le mode de culture de votre future acquisition. En France, la majeure partie des arbres vendus ont été cultivés dans des plantations agricoles spécifiques aux besoins de la période de Noël, notamment dans la région du Morvan, du Jura, du Poitou et de la Bourgogne. Certains sapins disposent également de labels, gages de démarches écologiques, comme le label “Plante Bleue”, le “Label Rouge” ou encore le label “Fleurs de France”.

 

Lorsque les fêtes sont passées, n’oubliez pas de recycler votre sapin dans les points de collecte à disposition ! Le plus souvent, votre arbre de Noël se verra alors broyé et/ou transformé en compost afin d’enrichir les sols et d’entretenir les espaces verts. Pour une tonne de sapin récupérée, 300 à 400 kilos de compost peuvent être produits ! Enfin, si vous aviez choisi un sapin avec racine, il est également tout à fait possible de le replanter.

 

Une autre alternative pour un sapin de Noël durable : le sapin perpétuel. Fabriqués en matières recyclées et/ou récupérées, ces sapins de Noël originaux sont aussi économiques qu’écologiques, et n’auront de limite que votre imagination ! Cartons, pile de livres, empilement de boîtes à oeufs, branches d’arbres ou même rouleaux de papier toilette, les possibilités sont nombreuses. Ludiques, ces sapins de Noël sont non seulement amusants à fabriquer en famille, mais également réutilisables les années suivantes !

Des décos écolos

Décorations de Noël éco-responsables

Que serait un sapin sans décorations pour orner ses branches et égayer sa verdure ? Cette année, si vous souhaitez fêter Noël dans une démarche plus écologique, exit les boules et les guirlandes en plastique, place aux décorations durables et éthiques !

 

Dans le même esprit que le sapin de Noël durable fabriqué à partir d’objets récupérés, il est tout à fait possible de transformer des bibelots qui traînent dans un coin de la maison en décorations de Noël recyclées. L’occasion de bricoler avec les enfants et de partager un moment en famille ! Guirlandes en papier recyclé, pommes de pin en carton ondulé, boules de Noël en tissu ou en papier journal, et bien d’autres encore, de quoi orner votre arbre de Noël de décorations originales et uniques.

 

Pour les plus manuels d’entre vous, pourquoi ne pas vous appliquer à quelques ouvrages en terre cuite ou en pâte à sel ? Ces décorations DIY, ou faites à la main, sont une bonne occasion de laisser parler votre créativité tout en contribuant à un Noël zéro déchet.

 

En cette période de l’année, ne vous privez pas de mettre le nez dehors et de vous aérer le corps et l’esprit à l’occasion d’une bonne balade en forêt. Qui sait, peut-être trouverez-vous l’inspiration pour de jolies décorations. Il est assez simple de réaliser soi-même de splendides couronnes de Noël avec quelques feuilles de houx et pommes de pain glanées en forêt. Veillez tout de même à vous renseigner sur les quotas autorisés ou tolérés concernant le ramassage ou la cueillette dans les forêts communales.

Cadeaux de Noël éco-responsables

Pensez à la seconde main ou au fait main

Cadeaux de Noël faits main

Un bon moyen de lutter contre la surconsommation est de penser aux objets ou vêtements d’occasion lors des emplettes de Noël. Bon nombre de ceux-ci ont encore de beaux jours devant eux et feront le bonheur de leur nouveau propriétaire.

 

Prenez le temps de passer la porte d’une friperie ou de flâner chez Emmaüs, vous pourriez bien dénicher un cadeau original et utile. Si vous passez par des sites internet, privilégiez les retraits à proximité dans la mesure du possible, afin de limiter l’impact environnemental qu’aurait l’expédition de votre article.

 

Enfin, si vous vous sentez l’âme artistique, vous pourriez vous lancer vous-même dans la fabrication de cadeaux faits maison ! Pourquoi ne pas tenter de préparer un exfoliant maison pour le corps à base de sucre, de miel et d’huile de coco ? Mettez la préparation dans un pot en verre, un petit nœud et c’est prêt ! Créations en pâte fimo, poterie, ou encore couture, tricot, crochet… L’attention en saura d’autant plus appréciée car vous y aurez mis tout votre cœur à l’ouvrage ! Et, pour ceux que la pâtisserie n’effraie pas, ne manquez pas l’occasion de réaliser sablés, mendiants, orangettes et autres recettes typiques de cette période de l’année !

Des cadeaux locaux dans mon traîneau

Marché de Noël

N’hésitez pas à vous promener en ville ou à effectuer quelques recherches sur internet afin de repérer les artisans locaux qui pourraient se situer dans les alentours. De plus, de nombreux marchés de Noël sont organisés à l’occasion des fêtes de fin d’année, dont certains sont réservés aux créateurs locaux. En achetant local, vous effectuez non seulement une démarche éthique et responsable, mais vous contribuez également à la préservation et à la rétribution d’un savoir-faire précieux.

 

De nombreux créateurs indépendants se sont lancés dans la réalisation de produits éco-responsables ces dernières années. Si les lingettes démaquillantes en coton Oeko-Tex ont le vent en poupe depuis quelques temps, elles ont également permis la popularisation d’autres objets utiles du quotidien, comme les rouleaux d’essuie-tout en tissu lavable et réutilisable ou encore le bee wrap et les charlottes en tissu enduit pour remplacer papier alu et film alimentaire sur les plats.

Les cadeaux dématérialisés, toujours une bonne idée

Vous souhaitez offrir un cadeau qui a du sens et qui ne finira pas par prendre la poussière ou revendu sur internet ? Le cadeau dématérialisé est non seulement une excellente alternative éco-responsable, mais également une invitation à profiter de l’instant présent, en solo, en couple, en famille ou entre amis !

 

Offrez un moment de découverte, de détente ou de partage, les bons cadeaux sont toujours appréciés à Noël. Massage, dîner, place de concert ou de théâtre, et même weekend dans un logement écologique, ce ne sont pas les offres qui manquent !

 

Dans le même concept, avez-vous déjà songé à offrir une aventure locale ? Que ce soit une dégustation de vin en biodynamie, une balade en trottinette électrique, ou encore une excursion à la journée, vous trouverez certainement une activité insolite ou surprenante qui fera sensation. Et si vous préférez que la personne choisisse elle-même son activité, nos cartes cadeaux feront plaisir à coup sûr. Valables 1 an sur l’ensemble des aventures proposées et utilisables en plusieurs fois, elles joignent l’utile, l’agréable et l’éco-responsable !

Emballage cadeau écologique et économique

Furoshiki sans chichi

Technique du Foroshiki pour emballer ses cadeaux de Noël

L’un des plus gros impacts écologiques constaté lors des périodes de fêtes de fin d’année concerne les emballages et papiers cadeaux. La France compte près de 20 000 tonnes de papier cadeau consommées rien qu’à Noël, sans parler du ruban adhésif dont la composition n’est généralement pas des plus éco-responsables.

 

Si vous souhaitez passer maître dans l’art de l’emballage cadeau et épater vos proches, laissez tomber les pliages compliqués et lancez-vous dans le furoshiki, ou l’art de l’empaquetage à la japonaise. En ce qui concerne l’équipement, il vous suffit seulement de vous dégoter un bout de tissu carré, et le tour est joué !

 

Les pliages sont faciles, rapides, et ne nécessitent pas de ficelle ou de ruban adhésif. Vous pouvez même utiliser un joli carré de soie, vous disposerez ainsi de deux présents en un, pour un cadeau de Noël zéro déchet assuré !

 

Le petit + : de nombreuses techniques simples existent pour emballer vos cadeaux de toutes formes et de toutes tailles. Livres, bouteilles, objets ronds ou carrés…

Laissez parler les petits papiers recyclés

Si vous souhaitez emballer vos présents de manière plus traditionnelle, sachez qu’il existe des alternatives de papiers cadeaux recyclés. Il suffit de repérer les labels, comme le label FSC ou le label PEFC.

 

Les produits disposant du label FSC Recyclés sont fabriqués en totalité avec du bois ou des fibres recyclées. Ces matériaux sont récupérés auprès de produits en fin de vie, de chutes d’industrie de deuxième transformation et d’invendus. Le label PEFC garantit quant à lui que le produit acheté est issu d’une source responsable, de sa cultivation jusqu’à sa commercialisation.

 

Si vous ne souhaitez pas passer votre temps à inspecter chaque rouleau de papier cadeau à la loupe à la recherche des labels, vous pouvez toujours opter pour le papier kraft. Très résistant, il est fabriqué à partir d’une pâte composée de copeaux de bois, il est donc entièrement recyclable, et même compostable. Sinon, vous pouvez aussi recycler vos vieux journaux en emballage cadeau original !

 

Moins connu que le papier recyclé ou le papier kraft, le papier ensemencé. Comme son nom l’indique, il s’agit d’un papier qui contient des graines de fleurs. Entièrement biodégradable, le papier ensemencé présente l’avantage d’être utile, ludique et surtout zéro déchet. Une fois le printemps arrivé, il suffit de le planter, en terre ou en pot, et de l’arroser, pour voir pousser de jolies fleurs.

 

Le petit + : il est tout à fait possible et assez simple de réaliser des paquets cadeaux sans scotch. Pour les experts, il existe une multitude de pliages ne nécessitant pas d’adhésif. Pour les autres, pensez aux rubans et cordes en raphia pour maintenir votre emballage en place. Si vous ne vous sentez pas à l’aise avec ces techniques, vous pouvez toujours remplacer le ruban adhésif par du washi tape, composé à partir de fibres d’arbustes ou d’écorces de mûrier.

Emballez, c’est pesé

Emballages réutilisables pour les cadeaux de Noël

Vous êtes plutôt adepte des pochettes cadeaux ? Cette année, misez sur des emballages réutilisables comme les sacs à vrac, les sacs en toile de jute ou même des bocaux en verre !

 

Très solides, les sacs en toile de jute présentent l’avantage de pouvoir se trouver assez facilement dans de grandes dimensions, permettant ainsi l’emballage de cadeaux plus conséquents, ou d’emballer plusieurs cadeaux dans le même contenant. Plus écologique que le coton, le jute nécessite beaucoup moins d’eau pour sa culture. En effet, il faut 160L d’eau pour produire 1kg de jute, contre 10 000L d’eau pour 1kg de coton !

 

Les sacs à vrac feront à coup sûr un emballage cadeau original mais surtout durable et très utile. Réutilisables dans la vie quotidienne, ils constituent un allié de choix pour transporter et conserver vos aliments secs ou vos fruits et légumes par exemple.

 

Si vous souhaitez offrir des biscuits ou cosmétiques maison, les bocaux en verre constituent le contenant idéal pour offrir vos présents. De toutes tailles et de toutes formes, vous pouvez même recycler vos pots à confiture et autres bocaux à cornichons pour une démarche toujours plus éco-responsable !

 

Le petit + : pour personnaliser vos paquets cadeaux, pensez aux étiquettes et cartes de vœux éthiques. Privilégiez un support en papier recyclé ou ensemencé et utilisant des encres végétales.

Un repas de Noël éco-responsable

Table de Noël

Un menu végétarien qui vous veut du bien

Fois gras, dinde et bûche, ou la sainte trinité du repas de Noël traditionnel. Elevage intensif, gavage industriel et autres conditions d’élevage controversées et peu éthiques donnent matière à réfléchir concernant la composition de son menu de Noël.

 

Cette année, pourquoi ne pas casser la routine et envisager un repas de Noël végétarien ? Contrairement aux idées reçues, les recettes végétariennes peuvent se montrer festives et gourmandes !

 

Pour l’apéritif, des rillettes de carottes remplaceront aisément les œufs de poisson, et les petits feuilletés aux champignons n’ont rien à envier à leurs cousins les roulés aux saucisses. Pour un assortiment de petits fours chauds, les mini quiches aux poireaux et les mini muffins aux légumes sont des recettes délicieuses et simples à réaliser.

 

En entrée, troquez fois gras, huîtres et saumon fumé contre un carpaccio de cèpes, une aumônière de légumes ou encore une petite cassolette d’oeufs cocotte à la courge butternut !

 

Pour remplacer la traditionnelle dinde aux marrons, sortez des sentiers battus et impressionnez vos convives avec des légumes en Wellington ou un potimarron farci accompagné de quelques pommes dauphines ou pommes duchesse maison.

 

En ce qui concerne le fromage, saisissez l’opportunité pour faire découvrir à vos hôtes les spécialités locales. Chaque région dispose d’une multitude de produits de qualité, il serait dommage de ne pas en profiter !

 

Pour le dessert, vous pouvez présenter l’habituelle bûche de Noël s’il vous reste de la place pour une petite part, ou proposer quelque chose de plus léger comme une onctueuse glace maison ou des macarons et autres petits biscuits à grignoter à sa faim.

 

La petite astuce : si vous souhaitez rassurer des convives non végétariens et dubitatifs, misez sur des saveurs connues et rassurantes comme la pomme de terre, la châtaigne et les champignons.

Repas de Noël traditionnel, sans contrefaçon la dinde aux marrons

Pour ceux qui restent attachés au menu traditionnel et qui comptent sur Noël pour se faire plaisir en mangeant des mets spécifiques à cette période de l’année, il est tout de même possible de préparer un repas de Noël plus éco-responsable en revoyant quelque peu sa façon de consommer.

 

Pour bien commencer, consommez de préférence local et de saison, surtout en ce qui concerne les fruits et légumes. Fini les fraises en hiver et la mangue importée d’Espagne, préférez-leur les agrumes, telles que les clémentines ou les oranges, ou portez votre attention sur de belles poires.

 

Si vous souhaitez proposer des escargots, des coquilles Saint-Jacques ou encore de la dinde, privilégiez des produits issus de l’élevage en plein air ou de la pêche responsable, et d’origine française et dans le mesure du possible locale.

 

La petite astuce : si vous souhaitez acheter ces produits en supermarché, renseignez-vous d’abord sur les labels, de plus en plus nombreux et pas toujours très clairs pour les consommateurs.

Après tout ceci, que retenir ?

Il est à la portée de tous de revoir ses besoins et son mode de consommation pour passer un Noël plus éco-responsable, pour peu qu’on ait un peu de temps à y consacrer.

 

Des matériaux de récupération et un peu d’imagination suffisent pour réaliser des décorations éthiques et uniques, qui orneront les branches du sapin que vous aurez choisies avec soin. A son pied trôneront des cadeaux utiles que vous aurez emballé dans un joli papier recyclé et que vous déballerez avec enthousiasme après un bon repas aux surprenantes recettes végétariennes.

Les bons plans de CoAventure dans le Midi Libre

Récemment, nous avons eu le plaisir de nous entretenir longuement avec Fabien Arnaud, journaliste à Midi Libre. Il a synthétisé notre échange riche dans un article publié le 1er novembre dans l’édition de Montpellier.

 

Si vous voulez tout savoir (ou presque !) sur les activités éco-responsables proposées par CoAventure, voici son article ci-dessous.

Article de CoAventure dans Midi Libre

Cet article vous a donné envie de tester une aventure ? Retrouvez toutes les activités éco-responsables ici !

Les métiers du tourisme durable

Dimanche 3 octobre, nous étions présents au Forum Le Monde Nouveau dédié à la transition environnementale et sociétale, qui s’est tenu au Corum de Montpellier.

 

Alexis Junillon, Président de CoAventure, était invité à témoigner sur les « Métiers de demain » et plus particulièrement les métiers du tourisme durable.

 

Retrouvez ci-dessous son intervention en vidéo.

CoAventure, Acteur du Tourisme Durable

Nous sommes très fiers d’avoir été sélectionnés comme membre des Acteurs du Tourisme Durable ! 🌿 🙏

 

L’association ATD – Acteurs du Tourisme Durable – vise à faire évoluer l’ensemble du secteur touristique vers des pratiques plus responsables, par la création de synergies et la valorisation de bonnes pratiques.

 

Convaincus qu’aujourd’hui plus que jamais le tourisme doit être responsable, nous tentons à notre échelle d’apporter notre pierre à l’édifice et ainsi de contribuer à ce virage grâce à notre démarche et nos activités éco-responsables à partager.

 

Cette reconnaissance renforce notre détermination et nous motive encore plus à hisser haut les couleurs du tourisme durable dans l’Hérault et plus largement dans l’Occitanie !

Logo des Acteurs du Tourisme Durable

On est chaud chez CoAventure

La Gazette de Montpellier a sélectionné CoAventure comme faisant partie des « 40 figures locales qui ont choisi de mettre concrètement l’écologie au centre de leur vie et qui gagnent à être connues ».

 

C’est une belle reconnaissance pour le travail formidable de l’équipe et surtout pour celui de nos Exploratrices et Explorateurs partenaires !

 

Voici un extrait :

Extrait Gazette de Montpellier
Extrait Gazette de Montpellier

Retour sur les débuts de l’aventure

Depuis la première mise en ligne de www.coaventure.fr en janvier dernier, nous avons vécu plusieurs moments très particuliers : la naissance du « prototype » et les toutes premières aventures, puis une pause forcée pendant 2 mois et demi et enfin, un nouveau départ mi-mai.

 

En ce 1er jour d’automne et suite à une saison estivale si particulière, vous souhaitions partager avec vous le bilan de ces quelques mois.

 

Depuis le démarrage de CoAventure :

 

➡️ Plus de 150 CoAventurier·e·s 🤠 ont déjà partagé des aventures éco-responsables 🌿

 

➡️ 44 professionnels au savoir-faire unique nous ont fait confiance et sont devenus nos Explorateurs partenaires 🤝

 

➡️ Vous avez pu accéder à plus de 250 expériences qui sortent de l’ordinaire et plus de 80 vous attendent encore d’ici fin octobre 🥳

 

➡️ 100% des CoAventuriers sont satisfaits de leur aventure, et plus des 2/3 estiment que l’aventure s’est encore mieux déroulée que ce qu’ils imaginaient ! 🤩

 

➡️ Ce que les CoAventuriers ont pensé de leur aventure (garanti sans filtres 😉 ) :

 

  • « Un super concept, des supers idées/activités, et un accueil fort sympathique. Je recommande +++ »
  • « J’ai adoré ma dernière excursion. Elle m’a été possible uniquement grâce à vous car je suis une individuelle et l’activité était à l’origine destinée à un groupe. »
  • « Super concept ! Belle découverte ! Merci 🙂 »
  • « David est un super guide impliqué et très agréable du début à la fin »
  • « Notre sortie sportive ne fut que plaisir. Nous recommandons cette activité avec Sébastien sans hésiter. »
  • « Continuez comme ça ! »

Ce n’est que le début de l’aventure et nous sommes plus motivés que jamais pour vous permettre de vivre et de partager encore plus d’expériences locales, éco-responsables à partager en petits groupes.

 

Merci à toutes et tous pour votre confiance, votre soutien et vos messages.

 

Restez connectés, parlez-en à vos amis et à très vite pour de nouvelles aventures !

 

Mathilde & Alexis – CoAventuriers 🤠

Journée mondiale pour un tourisme responsable

Aujourd’hui mardi 2 juin, et comme chaque année depuis 2007, c’est la journée mondiale pour un tourisme responsable qui se tient dans le cadre de la semaine européenne du développement durable. 

 

C’est parce que nous sommes convaincus qu’aujourd’hui plus que jamais le tourisme doit être responsable, que nous l’avons inscrit dès sa création au cœur de l’ADN de CoAventure.

 

Nous pouvons tous, à notre mesure, agir pour voyager, découvrir et consommer autrement. 

 

C’est pourquoi nous avons choisi de :

  • 🌿  Proposer uniquement des activités respectueuses de l’environnement
  • 👋  Encourager le partage et les échanges avec des activités réalisées en petits groupes
  • 🤠  Favoriser la découverte des territoires locaux par des locaux
  • 🔎  Sélectionner attentivement nos Explorateurs partenaires avec une démarche écoresponsable
  • 🤝 Supprimer les intermédiaires pour nouer des relations privilégiées, étroites et durables avec nos Explorateurs
  • 🚀  Mettre en place un modèle économique vertueux pour conserver la valeur où elle est créée, c’est-à-dire chez les Explorateurs 

Ainsi, nous espérons apporter un peu plus d’authenticité, de proximité et de partage dans le tourisme de demain. 

 

Alors, prêt·e à partir à l’aventure avec nous ?